Sauvetage en mer

Le premier canot de sauvetage redressable est né à South Shields, sur la côte Est de l'Angleterre à la fin du 18ème siècle. Il va être l'ancêtre des bateaux de sauvetage modernes, qui perpétuent le dévouement de marins au secours d'autres marins, perdus, naufragés, en butte aux infortunes de mer.

En 1824, la "Royal Institution for the preservation of life from shipwreck" devenue la Royal  National Lifeboat Institution est fondée à la suite d'un appel à la nation britannique lancé par Sir William Hillary.
La RNLI va absorber dès lors les stations locales et 308 bateaux de sauvetage sont en service en 1895.

A l'origine, les modestes moyens des sauveteurs sont constitués de  canots à avirons de 34 à 35 pieds (10,66 m) de long, 9 ' 6'' (2,9 m) de large au rayon d'action limité.Les canots sont lancés à partir d'un chariot au large d'une plage. Ce type de canot, à l'origine de nombreux sauvetages, possède de nombreux défauts : une quille lourde et droite, étroite, qui rendait le bateau instable lors d'un chavirage.

Guernesey possède un bateau de sauvetage dès 1803 et la RNLI en prend la responsabilité en 1861. Jusqu'à la fin du 19è siècle, ce sont essentiellement des chaloupes à rames qui sont engagées.

Le Vincent Wilkinson Kirk Ella est un 34 pieds en service de 1888 à 1912, suivi par Arthur Lionel (1912-1929), dernière embarcation non-motorisée utilisée en bateau de sauvetage.

 

A Douglas, ile de Man, True Blue, un bateau à 10 avirons, sert de 1824 à 1851 et Manchester & Salford, un 32 pieds à 10 avirons, de 1868 à 1887.

En 1887, l'architecte George Watson devient consultant de la RNLI et introduit un nouveau type de bateau, de 42' de long, mu par des voiles, plus stable.

A Jersey, Sarah Brooshoft, un 34' à 10 avirons, construit en 1887, sauve 3 servants du phare Demie de Pas en 1906.

En 1890, le premier bateau de sauvetage équipé d'une machine à vapeur est lancé et en 10 ans, la RNLI en acquiert 5, longs de 50', couvrant des distances plus grandes que la voile et les rames.
Enfin 1904 voit l'apparition à Folkestone du premier bateau à moteur, un 38' équipé d'un deux cylindres de 10 chevaux.
Après la guerre, la RNLI modernise sa flotte en équipant ses voiliers de moteurs. En 1920, le successeur de Watson, James Barnett dessine un 60 pieds qui utilise deux moteurs.

Barnett class Queen Victoria

Le classe Barnett Queen Victoria sert Guernesey de 1929 à 1954 suivi par le 52 pieds Euphrosyne Kendall -1954-71.

Euphrosyne Kendall

 

Un nouveau pas est franchi en 1932 avec l'adoption du moteur diesel, plus économe en carburant et permettant un plus grand rayon d'action. Mary Stanford, vedette de la classe Barnett, sauve l'équipage du bateau-phare Daunt.en 1936 et sert à Ballycotton de 1930 à 1959.

Pendant plusieurs décennies, les bateaux de sauvetage motorisés sont conçus sur la coque de Watson épurée et élargie par Barnett. Une solution au  problème du renversement du bateau est apportée par l'architecte Richard Oakley. Dans les années 50, il dessine un bateau muni de ballasts qui permettent de remettre le bateau à l'endroit après un chavirage.

Le sauvetage en mer en Europe...

En 1893, Colin Archer, célèbre constructeur naval, construit le premier bateau de sauvetage norvégien, conçu pour de dures conditions, avec 4 servants. Il est en service jusqu'en 1933.


La société allemande est fondée à Kiel le 29 mai 1865.

BREMEN, long de 16,17 m, est construit en 1931 pour Deutsche Gesellschaft zur Retung Schiffbrüchiger (DGzRS) et désarmé en 1953. 

GEORG BREUSSING, en service de 1963 à juillet 88, est ancré au Musée de Emden

Berlin.jpg (93438 octets)

Berlin est baptisé pour les 120 ans de DGzRS
L: 27.50m l: 6.53mTirant d'eau: 2.10m
Dépl.: 103to.  8 hommes
3,194 BHP (3 moteurs, 3 Propulseurs) 24.0 nœuds

La Ligue Royale Néerlandaise pour le Sauvetage est fondée en 1824. SUZANNA, un bateau long de 20,75 m, atteint une vitesse de 10,6 nœuds et possède un rayon de 1500 miles.

Les premiers canots de sauvetage sont de conception anglaise : insubmersibles grâce à des caissons à air, à redressement spontané (2 coffres en dos d'ane à l'avant et à l'arrière) et vidange automatique de l'eau embarquée par des puits à soupape. Les embarcations seront ensuite améliorées, en particulier par les chantiers havrais. Ainsi Augustin Normand a construit environ 135 canots en près d'un siècle.

En France, la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés est fondée le 12 février 1865. En 1873, l'arrière-petit-neveu de Buffon est à l'origine de la Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons. Les deux sociétés fusionnent en 1968 pour former la Société Nationale de Sauvetage en Mer.

En 1967 la société centrale de sauvetage possède 58 canots à moteur. En 2007, la flotte de la SNSM se compose de :

  • 40 canots tous-temps 

  • 34 vedettes de 1ère classe

  • 68 vedettes de 2ème classe

  • 33 vedettes de 3ème classe, remplacées progressivement par des vedettes de deuxième classe

  • environ 450 canots pneumatiques équipés de moteurs hors-bord

Le Pierre Loti, construit en 1973, équipé de 2 moteurs Diesel de 265 chevaux atteint une vitesse de 14,5 noeuds.Il est basé à St Jean de Luz jusqu'à son remplacement en septembre 99.

Amiral de Tourville, canot tout temps SNS 086.
Longueur 15,5m largeur 4,39 m , déplacement : 18 tonnes, tirant d'eau 1,2m , vitesse 18 noeuds.
La station de Nouméa, ouverte début 2004, réunit une cinquantaine de bénévoles et gère la zone la plus étendue des antennes de la SNSM, depuis l'île des Pins jusqu'à La Foa. Afin de pouvoir couvrir l'ensemble du littoral calédonien, de nouvelles stations de sauvetage devraient voir le jour ; l'une d'elles sera opérationnelle à Koumac. La vedette CROIX DU SUD est une vedette de deuxième classe, de 10,5 m de long, construite aux chantiers Ernest Sibiril à Carantec.

snsm.jpg (205464 octets)Enveloppe premier jour avec la vedette de première classe nouvelle génération du Havre.()

 

 

En 1975, la 12ème conférence internationale du sauvetage en mer a lieu en Finlande : 
MERIKOKKO,  navire historique de Suomen Meripelastusseura, fondée en 1897, navigue depuis 1938.
Nilo Saarinen, long de 48 m et construit en 1961, stationne à  Raahe dans le golfe de Finlande.

En Norvège, le célèbre architecte naval Colin Archer construit un voilier avec un équipage de 4 hommes et qui est utilisé jusqu'en 1933. Le 50ème bateau de la NSSR, Osloskoyta, est construit en 1940 : long de  58', il est motorisé par deux diesel. Skomvaer III, construit en 1986, est long de 19,61 m.

La société suédoise, SSRS est une institution de volontaires fondée en 1907,  équipée au début de bateaux de la classe WATSON. Elle possède aujourd'hui 140 bateaux sur 67 stations de sauvetage. La vedette classe Victoria d'une longueur hors tout de 11.8 m, atteint 38 nœuds. 

En Pologne, depuis le port de Gdynia, les bateaux de sauvetage contribuent à la sécurité de la navigation en mer Baltique.

En Italie, les gardes-côtes sont chargés de la mission de recherche et sauvetage : ici la vedette CP 828.

Le sauvetage en mer en Afrique du Sud, en Amérique du Sud...

SPIRIT of ROTARY est un bateau à coque en bois de 12 m ; ses 2 moteurs de 485 chevaux chacun lui donnent une vitesse maximale de 25 nœuds. Il opère pour la NSRI à la station de Hout Bay.
CAPITAN FRANCISCO ALVAREZ est un ancien bateau de la RNLI, GREATER LONDON, un bateau de la classe Ramsgate construit en 1928, 
utilisé par l'Asociación Honoraria de Salvamentos Marítimos y Fluviales de 1957 à 1983.

Avec la RNLI, toujours plus vite

 

Long de 44 pieds 10 pouces (13,44 mètres), large de 12'8'' (3,9 m), le modèle des garde-côtes américains  possède une coque en acier semi-plane qui lui donne une vitesse de 15 nœuds et une timonerie fermée.

Introduites dans la flotte de la RNLI en 1964, issues d'un prototype américain, 22 vedettes de la classe Waveney entreront en service dont la 44-019 Louis Marchesi of Round Table, stationné à Newhaven de 77 à 85 (289 lancements, 134 vies sauvées), à Aurigny de 86 à 94 puis à Exmouth de 94 à 96.
Thomas James King, immatriculé 44-013, est un classe Waveney équipé de 2 moteurs General Motors de 260 chevaux. Il sert à St Hélier de 1974 à 1982.

Le besoin d'aller toujours plus vite pour sauver des vies conduit à la création d'une vedette de 52 pieds (15m85) à la coque en plastique renforcé.
 

La vedette de classe Arun (16m55 de long, 230 miles de rayon d'action, 6 équipiers, 18 noeuds) Sir William Arnold -73-97- a réalisé plus de 600 missions. Gough Ritchie, immatriculé 54-06, est une version de 54 pieds dont les 2 turbo-diesel Caterpillar 6 cylindres de 460 chevaux permettent une vitesse maximale de 19 noeuds et un rayon de 250 miles à 17,5 noeuds. Il transporte un dinghy de 3,9 m avec un moteur hors-bord de 15 chevaux. Lancé 166 fois, ayant sauvé 63 vies, Gough Ritchie continue sa carrière au Chili.

 

Sir William Hillary est une vedette rapide de la classe Tyne : lancée depuis une cale, elle est construite en acier, longue de 14m30, elle possède un rayon de 240 miles à 17.6 noeuds. Alexander Coutanche, autre vedette de la classe Tyne, est stationnée à St Helier.

En 1988, la RNLI met en oeuvre le premier bateau rapide lancé depuis une remorque, qui peut être aussi lancé depuis une cale ; long de 11m77, large de 4 m, construit en aluminium ou en composite, avec un équipage de 6 hommes, le classe Mersey peut atteindre 16 noeuds.

Ruby-Clery, vedette de la classe Mersey basée à Peel, Ann & James Ritchie est basée à Ramsey

 

Quand la RNLI fête son 175ème anniversaire le 4 mars 1999, elle opère sur 222 stations au Royaume Uni et en République d'Irlande. Les nouvelles vedettes aux types Trent et Severn atteignent 25 nœuds et peuvent travailler dans les pires conditions météo. 

Sir Gough Ritchie II est le 26ème 14m Trent (d'où son identification 14-26) de 26,5 tonnes, fait en composite verre résine sur une structure monocoque en sandwich, motorisé par deux turbo-diesel Man V10 de 800 chevaux. Il est basé à Port St Mary, une station établie en 1896.
Lancé en 1995, le 17-mètres Spirit of Guernsey, classe Severn, atteint une vitesse de 25,8 noeuds avec un moteur de 1200 chevaux.

D'autres moyens de sécurité en mer sont mis en oeuvre :

  • les phares et les bateaux-phares

  • les frégates météorologiques, dont le FRANCE II, ancrée aujourd'hui au musée de La Rochelle

  • les remorqueurs de haute mer, véritables dépanneuses du grand large.

  • les bateaux-ambulances

  • la Société des Oeuvres de Mer (fondée par le docteur Charcot) et les voiliers d'assistance à la grande pêche.

Voir la suite...


Sources : 
Rescue from water by E.J. Hogan, publié par la Ship stamp society
Maritime Life & Traditions n°16
Divers sites des stations de la RNLI
Postes de Guernesey
Chantiers navals Ernest Sibiril : http://www.chantier-naval-sibiril.com/
SNSM STATION DE NOUMEA (Patrick Gillet): BP 251, 98845 Nouméa Cedex et www.snsm.org  AIDEZ LA SNSM : ADHEREZ !

 

Page mise en ligne le  14 novembre 2002
Mise à jour le 27 juillet 2003
Mise à jour le 15 février 2006
Mise à jour le 31 août 2007
Mise à jour le 30 janvier 2009

Cliquez ci-dessous pour la liste des pages

MENU

Ajoutez Philateliemarine à vos favoris

Retour

 

inscrit au Hit-Parade de www.coppoweb.com