Escale à Tahiti

 
Bienvenue à la Nouvelle-Cythère, c'est-à-dire Tahiti. Depuis l'arrivée des navigateurs européens aux 17è et 18è siècles, Tahiti est une destination qui fait rêver. Porte d'entrée de la Polynésie française, Tahiti est l'île la plus visitée par les touristes. En 2004, 193 753 touristes ont visité l'île soit 91,4 % du total des touristes en Polynésie française. Le développement des croisières a contribué à renforcer l'attraction touristique de Tahiti.  Les paquebots de croisière ne sont pas les premiers bateaux à faire escale en Polynésie Française où Tahiti, l'île la plus importante, fait partie des îles du Vent dans l'archipel de la Société. Les 14 îles de la Société sont divisées en deux groupes : les îles du Vent et les îles Sous-le-Vent. .
James Cook,  en 1769, explore les îles entourant Tahiti et baptise l'ensemble " Archipel de la Société " en hommage à la Société royale de Londres qui finança l'expédition. 

 

Aperçue par Quirós en 1606, l'île est réellement visitée par Samuel Wallis qui y accoste le 19 juin 1767, et la baptise " Île du Roi George ". 

Bougainville, l'aborde quelques mois plus tard, lui donne tout d'abord le nom de "Nouvelle-Cythère". L'amiral Abel Aubert Du Petit-Thouars obligera la reine Pomaré IV à signer un traité de protectorat avec la France en 1842. 

En 1595, les Espagnols Álvaro de Mendaña et Pedro Fernández de Quirós découvrent les Marquises. Le 4 février 1606, Quirós découvre le groupe Actéon, puis le 10 février 1606 Hao. 

Le 24 janvier 1521, le Portugais Ferdinand Magellan découvre Puka Puka dans les Tuamotu. 
En 1616, les Néerlandais Jacob Le Maire et Willem Schouten sont à Takaroa, Takapoto, Ahe et Rangiroa. Puis plus aucun contact avec les Européens pendant un siècle.

Le 2 juin 1722, le Néerlandais Jakob Roggeveen découvre Makatea et, le 6 juin 1722, Bora Bora. Charles de Brosses nomme Polynésie les îles des Terres australes en 1756. Le 5 juin 1606, le Britannique John Byron est à Napuka et Tepoto.

James Cook en 1769 explore l'archipel de la Société puis découvre Rurutu. Il revient en 1773, 1774 et 1777. Tuamotu : le dernier atoll découvert fut Ahe, le 6 septembre 1839 par Charles Wilkes.
Les Îles Raevski, au centre des Tuamotu, furent découvertes le 15 juillet 1820 par Bellingshausen, explorateur allemand au service de la Russie, qui leur attribua ce nom de Raevski en mémoire du général russe Nicolaï Raevski

Le navigateur britannique James Wilson découvre les Gambier. Naviguant avec son équipage et quelques missionnaires de la LMS se rendant à Tahiti, il baptise l'archipel du nom de l'amiral britannique Gambier soutenant les activités de la mission. De plus, il nomme le point culminant des îles du nom de son navire le DUFF.
Rapa est découverte par George Vancouver le 22 décembre 1791, l'île est alors appelée Oparo. 

Une escale à Tahiti le 26 octobre 1788 va devenir célèbre : celle de BLIGH venu embarquer des plants d'arbre à pain, qui permettront de nourrir les esclaves des plantations des Antilles. La Bounty arrive à la mauvaise saison pour récolter les arbres à pain et Bligh doit patienter six mois pour charger sa précieuse cargaison.

TROPIC BIRD, 3 mâts-goélette de 368 tonneaux assure en 1883 la liaison régulière entre San Francisco et Tahiti, via Taiohae aux Marquises. Le voyage dure de 28 à 34 jours avec une dizaine de jours d'arrêt a chaque escale. La goélette PAPEETE construite en 1892 sert la Marine Nationale Française  jusqu'en 1901, quand elle est cédée à des armateurs locaux pour le commerce inter-îles. Elle revient en 1931 dans la Marine Nationale qui la rebaptise ZÉLÉE.

En 1947, le radeau " KON TIKI " s'échoue sur le récif de Raroia après avoir dérivé sur une distance de 9000 kilomètres à travers l'océan Pacifique. L'intention de Thor Heyerdahl, le concepteur norvégien du voyage, était de prouver que, contrairement à toutes les théories admises, le peuplement des îles polynésiennes avait pu s'effectuer aussi, du moins en partie, à partir de l'Amérique du Sud.

Alain Gerbault achète en Angleterre en 1921 un vieux voilier de course, le Firecrest, construit en 1892. A partir de 1923, après une longue traversée de l'Atlantique, il boucle le tour du monde ralliant Le Havre en 1929 après plusieurs escales dont Tahiti. Il y revient en 1932 et est enterré à Bora-Bora.

Équipier d'Éric Tabarly qui dispute la course Sydney-Hobart, Alain Colas embarque à bord de Pen Duick III puis Pen Duick IV lors de la saison de course 1968-1969. Sa base arrière est Tahiti. Vainqueur de la Transat anglaise en solitaire en 72 avec Pen Duick IV. Avec ce trimaran rebaptisé " Manureva " (l'oiseau du voyage en tahitien), il bat de 32 jours le record du tour du monde en solitaire détenu par sir Francis Chichester, en monocoque. En 1978, Alain Colas disparaît en mer à bord de Manureva, lors de la première Route du Rhum.

TAHITI est le nom d'un paquebot de 1904 construit à Glasgow sous le nom de PORT DIXON pour Elder, Dempster & Co. Racheté par l'Union S.S. Co of New Zealand, il change de continent passant des Indes Occidentales au Pacifique (Sydney, Wellington, Tahiti, San Francisco) Utilisé comme transport de troupes entre 1914 et 1919, il est modernisé pour reprendre la ligne. Le 17 aout 1930, il coule à 480 miles au sud-ouest de Rarotonga, suite à une rupture d'hélice et une voie d'eau. Il est remplacé par le MONOWAI, ex-RAZMAK de la ligne Londres-Bombay, racheté à P&O. 2 ans plus tard, MONOWAI est transféré sur le service inter-colonial Wellington/Auckland/Sydney. Mobilisé pendant la guerre, MONOWAI revient à Sydney et dessert la Tasmanie jusqu'en 1960.

Le SAGITTAIRE est un paquebot mixte de Cie Générale Transatlantique (WASHINGTON) échangé par les Messageries Maritimes en 1938/39. Consigné en octobre 1942, puis saisi par les FFL, il reprend du service en mars 46 vers Nouméa. Le 6 mai 46, son arrivée à Papeete marque le retour du bataillon du Pacifique des FFL, dont 300 volontaires tahitiens.

OISEAU DES ILES II, prend Papeete comme port d'attache, en 1956. Construit à La Pallice pour la Compagnie Française des Phosphates de L'Océanie, ce navire à moteur de 500 tonnes, sera plus tard utilisé pour des liaisons vers le champ de tir nucléaire de Mururoa.

La goélette OROHENA (sur le plan incliné) permet aux Établissements Français de l'Océanie de relier Tahiti et les îles de 47 à 53. Quant au MOANA de la Commerciale de L'Oceanie, il relie le groupe des Tuamotu.

En 1972, lors de sa croisière autour du monde, le FRANCE fait escale à Tahiti

pushkin1.jpg (920773 octets)

Parmi les visiteurs fréquents, un ancien paquebot de ligne russe, ALEXANDR PUSHKIN (POUCHKINE), construit en Allemagne de l'Est en 1964. Transformé en 74 en navire à classe unique de 750 passagers, passant de la Baltic Shipping Co à la Far East Shipping Co, il changera de nom, devenant ALEXANDR puis MARCO POLO

islandP2.jpg (927815 octets)

ISLAND PRINCESS est un navire de croisières lancé en 71 avec 767 passagers et 317 personnels d'équipage, exploité entre New York et Hamilton, Bermudes puis repris par PRINCESS CRUISES

En 1968, Windjammer Barefoot Cruises transforme en voilier de luxe OISEAU DES ILES sorti en 1927 des Chantiers Dubigeon de Nantes et utilisé par la Compagnie Française des Phosphates de l'Océanie depuis Papeete. Devenu FLYING CLOUD, le bel oiseau de 48,98 m de long est finalement démoli en 2009.
Fin 1986, les chantiers du Havre lancent le WIND STAR, un paquebot à voiles (motor sail yacht) de 148 passagers, suivi ensuite par Wind Song en 1987 puis Wind Spirit en 1988 ; un nouveau type de navire aux voiles gérées par ordinateur.

WIND SONG, victime d'un incendie au large de l'île de Tahaa (îles Sous-le-Vent) le 3 décembre 2002. Finalement, les autorités polynésiennes décident de le couler au large de Tahiti à 4:30 pm le 24 janvier 2003, le navire présentant un danger pour le trafic du port.

En 1998, le paquebot PAUL GAUGUIN, exploité par la société Regent Seven Seas Cruises, fait son entrée dans la rade de Papeete inaugurant ainsi une nouvelle ère de la croisière à Tahiti. Au cours de dix années en Polynésie, le Paul Gauguin a réalisé plus de 400 croisières, avec plus de 120 000 passagers.
Réaménagements en 2005, meilleur paquebot de l'année 2004 par un magazine américain. Son faible tirant d'eau permet au Paul Gauguin de naviguer à proximité des côtes et de mouiller dans les plus beaux lagons polynésiens.

 

Cliquez ci-dessous pour la liste des pages

Ajoutez Philateliemarine à vos favoris

MENU


Retour à philateliemarine

 

Page en ligne le :

 

inscrit au Hit-Parade de www.coppoweb.com